Couple et Famille

300x200_violenceCOMPORTEMENTS VIOLENTS et VIOLENCES CONJUGALES
Consultation spécialisée

La Ligue Française pour la Santé Mentale (LFSM), association reconnue d’utilité publique, propose une consultation spécialisée à Paris intra-muros, sur le modèle des principes directeurs de l’antenne de psychiatrie et psychologie légales de La Garenne Colombes créée en 1991 par le docteur Roland Coutanceau, président de la LFSM.

PRINCIPES DIRECTEURS

·        Une consultation publique

La consultation spécialisée de psychiatrie et psychologie légales s’inscrit comme une consultation de santé publique gratuite.

Il est proposé à tout consultant un entretien d’accueil et d’évaluation puis un cadre thérapeutique variable, de fréquence hebdomadaire ou bimensuelle.

 

·        Accueil et évaluation

Le premier -entretien est à la fois un moment d’évaluation et un travail sur la compréhension par le sujet de sa motivation thérapeutique, souvent un peu floue. Ce temps d’entretien et d’accueil débouche donc tantôt sur quelques entretiens étagés sur quelques semaines, réalisant un « sas »   de resocialisation, tantôt sur un suivi psychologique longitudinal structuré plus long.

Un travail thérapeutique de courte durée peut s’adresser à l’analyse avec le sujet des éléments psycho affectifs ayant sous-tendu le passage à l’acte chez des sujets encore ambivalents vis-à-vis du processus thérapeutique ou, dans un autre contexte, permettre des entretiens familiaux, mettant « tout à plat » dans des situations de violences familiales, notamment.

 

·        Techniques thérapeutiques

Le choix de la technique thérapeutique s’inscrit au cas par cas. Le plus souvent il s’agit de psychothérapie individuelle ou de groupe, de thérapie familiale, ou simplement d’entretiens familiaux, de thérapie de couple ; occasionnelle de thérapie médico biologique, toujours couplée avec un espace psychothérapique.

Dans les situations de violences familiales, il est parfois intéressant de préparer les entretiens familiaux, en suivant l’épouse pendant quelques semaines – et le cas échéant certains des enfants -  alors que le mis en examen a été incarcéré et parfois suivi par un collègue de maison d’arrêt, avant un relais en ambulatoire.

Par ailleurs, le travail spécifique d’une prise en charge d’un sujet transgressif, suppose à notre sens de pouvoir intégrer dans le champ thérapeutique l’analyse du passage à l’acte et des éléments concrets que sont la procédure judiciaire, la réalité pénale, et le cas échéant carcérale.

Chaque fois que cela est possible, il est utile que l’équipe dispose de certains éléments du dossier, ce qui ne pose pas de problèmes après jugement.

Pour un véritable engagement dans un processus thérapeutique la reconnaissance au moins partielle des faits est un préalable indispensable.

Toutefois, le centre de consultation propose également une consultation de groupe à certains négateurs dans le cadre d’une obligation de suivi et dans un cadre de recherche.

 

·        Indications

Les violences conjugales

Les violences familiales

Les violences sexuelles

Les violences commises par des adolescents.

Parallèlement un pôle victimologie est mis en place, dans la mesure où certaines prises en charge intègrent des thérapies de couple ou des entretiens familiaux. Chaque type d’indication relève d’une prise en charge spécifique en relation avec les partenaires (tribunal, association).

 

·        Partenariat

La prise en charge de sujets ayant présenté un comportement violent suppose le plus souvent l’existence d’une obligation de soins dans la mesure où ces sujets consultent rarement sur leur propre demande même après incitation.

Mais dans un tel cadre, la prise en charge est possible aussi bien en liberté provisoire, qu’en liberté conditionnelle.

Certains sujets prennent contact, en dehors de toute obligation de soins, mais cela reste souvent une proportion minoritaire de la consultation.

CONCLUSION

ASPECT SOCIAL :

Face à tout acte, faisant irruption dans le champ social (main-courante, plainte…), pertinence de l’accompagnement de la victime et de la prise en charge de l’homme violent, pour prévenir la récidive, parallèlement à la ponctuation judiciaire.

ESPRIT HUMANISTE DE LA CONSULTATION :

·      Libérer la parole (victime), entretiens individuels, groupes.

·      Confronter le sujet violent, pour prévenir toute répétition, et aussi dans son intérêt bien compris.

PRINCIPES:

Evaluation pluridisciplinaire (psychiatrique, psychologique, psycho criminologique) au cas par cas dans le cadre d’une expertise ou d’un entretien préliminaire. Puis stratégie thérapeutique, dans le cadre de la prise en charge, également au cas par cas, en fonction de l’ évaluation.

TECHNIQUES THERAPEUTIOUES:

Espace individuel

Entretiens de couples

Thérapie de groupe

Prescription médicamenteuse.

Deux techniques peuvent être associées.

 

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

 

·       Deux sites

·     Antenne de psychiatrie et psychologie légales

22, rue de Châteaudun

92250 LA GARENNE-COLOMBES

Tel : 01.46.49.16.41 Fax : 01.46.49.16.52

www.psylegale.com

·     Ligue Française pour la Santé Mentale

11, rue Tronchet 75008 PARIS

Tel : 01.42.66.20.70 Fax : 01.42.66.44..89

www.lfsm.org

lfsm@orange.fr

 

·       Deux pôles

Pôle victimologie (femmes-hommes victimes) le vendredi après-midi

Pôle femmes-hommes violents le lundi après-midi

·       Techniques thérapeutiques

Entretiens individuels Couples

Groupes.

·       Deux aspects à souligner

Intérêt d’une évaluation expertale, en enquête préliminaire.

Pertinence d’une obligation de soins, même courte ; permettant à l’équipe thérapeutique de travailler une demande d’aide pas toujours présente, (et donc d’amorcer une alliance thérapeutique).

 

 

Les consultations ont lieu uniquement sur rendez-vous

tél 01.42.66.20.70

Aucune participation financière n’est demandée.