Consultation ambulatoire spécialisée de Beauvais

Logo_de_BeauvaisExpérience pilote

Cette consultation a été créée en 1999 par le Dr Roland COUTANCEAU et Jean-Pierre VOUCHE, psychologue clinicien. Elle est assurée actuellement par Linda Zinoune et Justine Loubeyre, psychologues cliniciennes.

C’est grâce au soutien financier, de la mairie de Beauvais dans le cadre du CONTRAT VILLE, contrat local de sécurité et du CCAS de la ville, du Conseil Général de l’Oise, de la Préfecture et de la Caisse d’Allocation Familiale de l’Oise, que celle-ci a pu voir le jour.

Soutien aux familles et aux parents en difficultés :

L’intervention ambulatoire est une intervention contribuant à soutenir la fonction parentale et à préserver des liens éducatifs, familiaux utiles au développement basal du jeune enfant ou adolescent.

Ce travail en proximité des parents les plus en difficultés a pour finalité de conforter les liens familiaux dans les familles avec enfants en bas âges. Ceci vise à prévenir les exclusions en accompagnant les familles en risque de marginalisation ou qui se heurtent à des difficultés de vie passagères. Après une analyse des comportements familiaux déstructurants et par anticipation de leurs conséquences pour l’enfant (violences, échec scolaire, comportements de retrait, etc….), nous pensons qu’il est souhaitable de préserver son équilibre et son épanouissement.

Ce travail permet d’aider les familles à être conscientes des responsabilités à assumer vis-à-vis de leurs enfants et de voir si celles-ci – quand elles sont démunies – repèrent mieux les “personnes-ressources” qui pourraient les accompagner dans le sens d’une autonomie de vie familiale. C’est aussi favoriser la transmission de savoir entre générations, car bien souvent les constats des groupes de réflexion organisés par la ville de Beauvais et dans le cadre des études de plusieurs départements (Val d’Oise, de la Seine-Saint-Denis, de l’Oise) présentaient un déficit en ce domaine.

Historique :

Cette création de “consultation ambulatoire spécialisée” repose sur des éléments de diagnostic élaborés auprès de collectivités locales et de leurs partenaires.

Action préconisée dans des études réalisées pour les départements du Val d’Oise, de la Seine-Saint-Denis, de l’Oise en 1997 et 1999.

Par exemple en 1998 à Beauvais (Oise), des groupes de réflexion de quartiers composés d’acteurs sociaux et d’habitants développèrent ces constats :

  • Les parents en difficulté devant des conduites agressives, violentes, inciviles de leurs enfants ont du mal à entrer en contact avec les services institutionnels.
  • Les services institutionnels déplorent l’absence des familles les plus en difficulté dans leur service.
  • Les enseignants et responsables d’établissements scolaires ont des indicateurs de dysfonctionnement, de dérive éducative, de souffrance des membres des familles.
  • Les parents délèguent leurs responsabilités, d’autant moins assumées que leur structure sociale est fragilisée, aux enseignants et aux professionnels chargés de la régulation sociale.

Leurs préconisations :

  • Création de rencontres non institutionnalisées en proximité pour des familles monoparentales avec l’appui d’un clinicien.
  • Mise en place d’appuis personnalisés, pour responsabiliser les parents, en les rétablissant dans la plénitude de leur rôle.
  • La constitution d’un pôle d’aide aux familles sous forme ambulatoire, afin de développer une action pour les familles les plus en difficulté, sous forme d’appui personnalisé à domicile, par une approche clinique et par une structuration des réponses familiales aux violences de leurs enfants.
  • Ce pôle d’accompagnement prendrait la forme d’entretiens familiaux, dans des lieux les plus adéquats, là où les intéressés offriraient le moins de résistance, lieux privés ou lieu de proximité.

Les demandes de rencontre se feraient par divers canaux, par les familles elles-mêmes auprès du clinicien (affiches dans tous les lieux publics avec son téléphone, précisant la gratuité de son intervention), des A.L.M.S, des maisons d’accueil et d’orientation citoyennes, d’associations de quartier ou de médiation, des établissements scolaires, qui relayeraient la demande auprès de l’intervenant spécialisé pour ces approches sensibles.

Le clinicien prendrait contact de façon discrète et respectueuse des dignités des membres de ces familles.

C’est un travail d’écoute, un savoir-faire et un savoir dire qui demande du temps et une poursuite du processus, afin de créer confiance et d’amener un des relations d’ouverture des familles les plus repliées sur elles-mêmes.

En décembre 1998 la Ville de Beauvais et la préfecture de l’Oise créent cette consultation innovante (probablement, la seule au niveau national d’après nos informations). La gratuité des consultations est proposée aux familles demandeuses. Elle rentre dans le cadre du C.C.P.D et Contrat Local Sécurité Prévention.

La C.A.F reconnaîtra en 1999 cette action comme allant dans le sens de leur politique de soutien à la fonction parentale. Un comité de pilotage composé de tous les acteurs locaux, chargé de mission C.L.S, direction des Affaires interministérielles Préfecture de l’Oise, inspecteurs A.S.E, Conseil Général, inspecteur principal D.D.A.S.S, directeur du C.C.A.S, adjointe de la C.A.F, Inspection Académique, Commissaire de Police, directeurs de Foyers, procureur adjoint au T.G.I, etc. suit l’action, et la reconduit.